Mercredi
27/10
2021
Illustration
Focus Music Box : Joseph Kamel
Thématique
Artistes

Focus Music-Box #18 : Joseph Kamel

Sous-titre
Octobre 2021

 

L’artiste caennais Joseph Kamel a récemment participé à l’émission The Artist sur France 2. Arrivé jusqu’en finale, il revient sur cette aventure et nous parle de ses projets futurs. Léo Chatelier, responsable de Duchess Publishing, manager et directeur artistique de l’artiste, nous parle quant à lui de son rôle auprès de Joseph Kamel.


Quelle expérience retires-tu de ce passage dans The Artist ?

J’en retire beaucoup de choses. Avant tout, la joie que j’ai d’avoir pu participer à une émission comme celle-là qui était une première. J’ai pu présenter mes propres chansons à une heure de grande écoute sur France 2 ce qui pour un artiste en développement comme moi est une magnifique opportunité, donc je suis vraiment très heureux. Par ailleurs, c’était une formation accélérée puisque j’ai appris énormément en peu de temps, à la fois avec tous les artistes avec qui j’ai partagé la scène et grâce aux masterclass de qualité mais aussi avec les 21 autres candidats avec qui on a partagé des moments très forts tant professionnels qu’amicaux. 


Dès la première émission, on a senti qu’il se passait quelque-chose entre le public et toi mais également avec le jury. T’es-tu dit à ce moment-là que tu pouvais aller loin et éventuellement gagner ?

Pendant la première émission, dès le moment où j’ai compris que je n’étais pas éliminé, j’étais d’abord soulagé parce que forcément très heureux de pouvoir continuer l’aventure. J’ai pas du tout pensé à la finale sur le moment, j’étais juste content de pouvoir rester une semaine de plus. Et puis je vivais vraiment l’instant présent avec beaucoup de joie. C’était très fort de partager cette première performance sur France 2 avec le public et le jury. 


L’émission a beaucoup été critiquée, elle a tout d’abord été reprogrammée le samedi au lieu du vendredi, puis finalement diffusée en deuxième partie de programme. As-tu ressenti une certaine frustration à ce niveau ?

C’était effectivement le samedi et ça a été reprogrammé le vendredi en deuxième partie de soirée. Je n’ai pas été frustré parce que les audiences et la programmation télévisuelle finalement ce n’était pas de mon ressort. Moi j’étais là pour faire de la musique et malgré des audiences plus faibles que prévu ça correspondait quand même au minimum à 25 Bercy plein à craquer donc pour un artiste en développement ça reste impressionnant et très satisfaisant. Je réalise amplement la chance que j’ai eu de participer à cette émission et d’avoir pu partager mes propres compositions.  


Quel morceau de ta composition as-tu préféré interpréter et faire découvrir au public lors de ces différentes émissions ?

J’ai beaucoup aimé interpréter « Et Alors » en finale parce que c’est le moment où j’ai vraiment lâché prise. J’ai pu donner un vrai sens à cette chanson qui parle de la peur qu’on a de ne pas être artiste et du syndrome de l’imposteur qu’on peut ressentir parfois. J’étais intimement convaincu que c’était le bon moment pour la chanter et tout prenait sens dans cette chanson à cet instant précis.
J’ai aussi été très heureux de pouvoir chanter « Dis-moi », mon premier single sur une scène avec des musiciens en live. C’était une énorme opportunité. Ça faisait déjà un moment que j’avais cette chanson dans mes bagages et pouvoir la livrer à autant de personnes en même temps et finir premier de l’émission avec cette chanson c’était un véritable bonheur. 


Lors d’une émission, tu as remercié Arthur et Valentin, deux musiciens avec qui tu travailles. Peux-tu nous en dire un peu plus sur cette collaboration avec eux, et quels sont les autres artistes normands avec qui tu es en relation ?

Ma collaboration avec Arthur et Valentin remonte à un peu plus d’un an. Ce sont deux artistes complets qui sont également de très bons amis à moi avec qui je passe énormément de temps. Les choses entre nous se sont faites assez naturellement. On a décidé de travailler ensemble parce qu’on avait une excellente dynamique de travail. On s’est naturellement plongés dans cette collaboration et encore aujourd’hui on passe énormément de temps ensemble et on continue de collaborer sur de futurs projets. Ils ont été d’un soutien sans faille pendant l’émission donc je les remercie de tout cœur. 
Je suis en relation avec quelques artistes normands. Tout d’abord, Jyeuhair qui est un rappeur exceptionnel et également un de mes meilleurs amis. J’ai passé énormément de temps de qualité avec lui. Il m’a beaucoup transmis à mes débuts à Caen. On s’est rencontrés quand j’étais à Radio Phoenix et que j’animais l’émission « La belle antenne ». Il était venu en tant qu’artiste et de là on ne s’est plus jamais quittés. 
J’aimerais aussi parler d’Octo, un artiste aux multiples casquettes, à la fois très bon rappeur mais aussi un excellent photographe, graphiste et un super vidéaste. J’ai eu le plaisir de pouvoir, en partie, produire son premier EP qui s’appelle « Tous les jours dimanche ». C’était une aventure exceptionnelle pour nous deux. Donc c’est important pour moi de le mentionner aujourd’hui. 


Comment ton entourage a vécu cette aventure ?

Je pense aussi bien que moi. On a tous vécu ça comme une aventure un petit peu hors du temps et un tremplin complètement dingue. Ils ont tous été d’un soutien sans faille. Ils étaient présents pendant les émissions. J’essayais aussi de revenir un maximum à Caen entre les différents tournages pour respirer un peu et profiter avec eux de cette aventure. Ça me faisait beaucoup de bien. 

Joseph Kamel EP


Tu viens de sortir ton premier EP il y a quelques semaines. Quelles sont les perspectives et les projets pour toi maintenant ?

Ma priorité numéro 1 et le projet qui me prend le plus de temps en ce moment c’est de terminer et de sortir mon premier album. J’ai encore quelques morceaux à finaliser et il devrait être prêt d’ici le début de l’année prochaine. J’ai aussi du travail en résidence et en studio pour développer mon projet sur scène notamment en vue de la tournée 2022 et je serai notamment à Paris le 28 mars au Café de la Danse. J’ai vraiment hâte d’y être. 

 


 

Quelques questions à Léo Chatelier, responsable de Duchess Publishing.

 

Peux-tu nous parler de Duchess Publishing et de son activité ? 

Duchess Publishing c’est une société d’accompagnement et de développement d’artistes. Elle propose des services dit de « 360 » concernant le management mais aussi la production et l’édition musicale. Elle est née de mon envie de partager mon expérience, mon réseau et d’aider des artistes dont les projets sont à des étapes plus ou moins avancées et dont j’ai la conviction qu’ils ont le potentiel pour aller rencontrer un public large et des partenaires à l’échelle régionale, nationale voir internationale. 


Comment s’est initiée cette aventure et quelles ont été les étapes de son déroulement, de l’inscription à la dernière émission du 15 octobre ? 

Pour moi c’était une évidence. C’était le moment idéal pour lui, alors on est passé par le chemin classique et on a postulé. Comme beaucoup d’autres, on a tenté notre chance et on a eu l’honneur d’être sélectionnés. Quand la nouvelle est tombée, on était très heureux et on s’est dit qu’on allait devoir redoubler de travail, que ça allait être intense mais très instructif et que c’était une opportunité énorme et un tremplin pour la carrière de Joseph. 
A chaque émission, le bonheur d’obtenir les votes du jury et du public pour pouvoir poursuivre l’aventure la semaine suivante. De continuer de semaine en semaine, c’était un peu une satisfaction de se dire qu’on avait bien travaillé, que le talent et l’univers de Joseph plaisent et qu’on a bien fait de croire en son projet. C’était extrêmement gratifiant d’avoir un retour positif des professionnels mais aussi du public. 


Quel a été ton rôle auprès de Joseph durant ces quelques semaines ? 

En tant que notamment son manager et son directeur artistique, je l’ai guidé, encouragé et conseillé tous les jours. On a passé énormément de temps ensemble. J’ai fait en sorte qu’il soit prêt au maximum à chaque émission et qu’il y ait une évolution aussi à chaque nouvelle représentation. Je lui disais ce qui allait mais aussi ce qui n’allait pas pour qu’il puisse progresser. Je suis très fier de son parcours.


Quelles sont les retombées de ce passage de Joseph à The Artist pour Duchess Publishing ? 

Cela m’a donné l’opportunité de faire de nouvelles rencontres au sein des professionnels de l’industrie musicale. Une nouvelle fois, c’est une chance de pouvoir produire et accompagner un artiste comme Joseph.


Comment vois-tu l’avenir de Joseph sur le plan artistique ? 

Sur le plan artistique, la carrière de Joseph ne fait que débuter. Je suis certain que de nombreux projets l’attendent. Il doit déjà finaliser son album qui je l’espère rencontrera un large public. Quand je vois l’élan qu’a pris sa carrière en 1 an, je ne peux qu’imaginer le meilleur pour son avenir artistique. Il a appris énormément ces dernières semaines, ce qui lui permet d’aborder son album avec encore plus de recul et de continuer son travail avec beaucoup plus d’assurance. Je lui souhaite de tout cœur de réussir et d’atteindre tous les objectifs qu’il s’est fixés. 

 


 

Joseph Kamel

Fiche Music Box
Site web
Facebook
Instagram

Crédit photo Piergab
Crédit pochette EP Damien Aubin

 

Consulter la Music Box