Morceaux choisis

Image du cassette audio avec l'inscription « 14 - 27 - 50 - 61 - 76 »
Partager
Actu publiée le 19/10/2018
Sélection d'octobre
Musiques de normands

Un peu de musique pour passer les vacances dans l'actualité de la scène régionale. Focus sur quelques récentes productions musicales d'artistes normands.
Un fil d'actualités que nous vous invitons à croiser avec la Music-box et la Sonothèque...

Angseth - Black Cloud (EP)

Angseth

 

10 octobre 2010, Pablo Germond est traumatisé par le set d’Aphex Twin au parc expo de Caen. Son amour pour la musique électronique prend alors un nouveau sens : il veut la créer et la diffuser. Après une pratique acharnée du DJing, il commence à se produire en public en 2014, notamment au festival Les Hétéroclites et Electro Leo, ce qui lui a permis de jouer aux côtés de DJ AZF ou Perc. Après avoir avancé en autodidacte solitaire, Angseth rejoint le collectif Beats Per Inch en 2017.

      

 

Garz - Au bord de la (EP)

Garz

 

Ca se lève avec une atmosphère de fin du monde sur un rythme presque enjoué (Le grand réchauffement), prend le cap d’une ode anti morosité douce-mère au refrain hymnique (Stop sus halte), monte dans les tours en harangue guerrière proto-punk (Rupture), poursuit hors-piste en terre d’une nostalgie sans retour (Où sont) …. Garz, un agité du bocage qui a décidé de se rassembler et de jouer le jeu. Avec un Ep comme un petit circuit ; façon karting plutôt que Grand Tourisme.

 

Grand Nord - Télescope (EP)

Grand Nord

 

Dans la lentille du télescope, Evanne Dufeil (musique, programmation) et Mélanie Bossard (musique, chant, textes) observent les rings, les doutes, l'amour... Restitués dans un EP de 4 titres, dans une chanson pop qui flirte librement avec l'électro, le texte se fait complice d'une musique en nuance et toujours libre.
      

 

Jahen Oarsman - In Time (EP)

Jahen Oarsman

 

Il y a chez ce caennais d'adoption, normand de naissance mais voyageur de cœur, une notion primordiale d'espace intérieur. Celui qui est habité par ces vents qui sillonnent les déserts les plus secs et charrient à chaque fois des fragments de cultures lointaines. Après un "Hyde & Seek" salué par la presse en 2016, le nouveau projet de Jahen Oarsman vous emmène en voyage dans le temps. Et peu importe la destination, seul le voyage compte.

  

 

Loya - Corail (album)

Loya

 

L’album Corail est composé de titres dans la continuité de ceux que j’ai pu sortir depuis trois ans : une excursion musicale dans les îles de l’Océan Indien (Comores, Madagascar, Réunion, Maurice), nourrie d’influences électroniques contemporaines (Plaid, DJ Khalab, Clark) et selon un processus de composition faisant la part belle à l’expérimentation. Des sons naturels enregistrés lors de mon voyage à la Réunion au mois de juin 2017 serviront de base de départ au sound design des ambiances sur les compositions. L’album commence avec les oiseaux de mon lieu de naissance à la Réunion et finit avec des sons enregistrés à l’extérieur de mon appartement actuel en Normandie. Des enregistrements d’artistes emblématiques des différentes îles de l’Océan Indien (Menwar, Régis Gizavo) ont été faits en studio, puis utilisés comme colonne vertébrale des compositions. Les instruments et voix ont été traités de façon à avoir une sonorité onirique et futuriste, afin d’aller au bout de ce concept visant à confronter la tradition à la machine et d’obtenir une mutation futuriste des musiques traditionnelles de l’Océan Indien.

    

 

Pan D - Where, Behind the landscape, is disaster lurking ? (Mini album)

Pan D

 

Une reine, un silence, un amour, un nouveau jour, un punk, une prière...Autant d'indices que de fausses pistes. Si Patti Smith n'est pas loin, les Queens of the Stone Age traînent aussi dans les environs au côté du rock brut et épuré de PJ Harvey. De puissants orages surplombent des plaines, certes désertes. Des cœurs unis chantent les solitaires. Doux et nerveux, Pan D recèle un petit quelque chose d'éternel... Après plusieurs E.P et un premier album "Scories" enregistré à Bristol avec Jim Barr (Get the blessing, Portishead) en 2017, le nouvel album "Where, behind the landscape, is disaster lurking" paraîtra chez TFT Label le 10 octobre 2018.

    

 

Paul Grémare / Bungalow Depression Split (K7 + digital)

Paul Grémare

 

Equilibre Fragile est un micro label K7 et Cd depuis juin 2015 et une revue papier depuis septembre 2015 qui n'existe que par passion et en total auto financement. La K7 split Paul Grémare / Bungalow Depression est la 13e sortie du label.
Bungalow Depression est le projet solo d’Anne-Laure Labaste. Mélangeant violon, pédales d’effets, boucles, samples, Bungalow Depression nous offre un projet noise expérimental absolument génial. Paul Grémare, membre du duo Prairie-Litière (qui naît en 2010), est un enthousiaste défenseur des musiques expérimentales. Il crée le label Autistic Campaign en 2012, organise des concerts réguliers sur Rouen, en octobre le "Autistic Compaign Fest" qui propose sur trois jours un large panel de créations électro-acoustiques, noise, et autre "free music" de tout bord…

 

Portier Dean - Ancient Majesty (album)

Portier Dean

 

L’amour, l’espérance, la nature, la musique… Les titres de Ancient Majesty sont des temples bâtis en leur hommage. Les morceaux, comme des invocations, jouent sur la transe des claviers, sur l’énergie des percussions. Ils emploient la sensualité du hip-hop, du gospel, la rondeur d’un piano… Ils véhiculent une ferveur simple portée par des voix incarnées.

    

 

Victor Silenreste - Trace ta route (LP)

Victor Silenreste

 

Victor Silenreste est un Auteur Compositeur Parfois Interprète : il écrit pour les autres et se garde de temps en temps quelques chansons pour lui. Son 1er album "Miroir mon amour" sorti en 2016 marque la naissance d'un personnage à l'écriture décontractée sur des musiques de tous horizons. Son 2e album "Trace ta route" est sorti le 28 septembre.

  

 

We Hate You Please Die - Kids Are Lo-Fi (album)

We hate you please die

 

Remettre la fureur au goût du jour à grands coups de fuzz sans oublier quelques gouttes de pop, We Hate You Please Die recherche une certaine transe, celle qui ne s’encombre pas des genres même si la base garage/punk rock est bien là. Du brut et de l’électricité, la volonté de concerts énergiques et cathartiques durant lesquels l’équation se ferait avec Ty segall, The Cramps, Fucked Up ou The Stooges.